La crise que vient de vivre le gouvernement Valls I, vite remplacé par le gouvernement Valls II, jette une lumière crue sur l’état d’éclatement du parti socialiste au pouvoir, et aussi sur le climat délétère dans lequel se trouve le pays lui-même. Disons-le tout net, le comportement d’Arnaud Montebourg illustre à merveille l’absence de maturité…

Cet article est en accès personnel, réservé aux acheteurs et abonnés.

Lire cet article en ligne pour 2 € ou S’abonner

J’achète ou Je m’abonne